Unir les Associations pour développer les solidarités en Réunion-Mayotte
Identifiant :
Mot de passe :
Accueil > Detail d'un contenu
Retour sur le colloque « 2017 : quels défis pour la santé mentale ? »
Autre évènement
Lieu : Maison de la Magie - Nombre de jours : 1
Du 10/11/2016 au 10/11/2016

Durée : 8
PRESENTATION OU PROGRAMME :

Près de 150 personnes ont assisté au colloque qui s’est tenu le 10 novembre dernier à la Maison de la Magie de Blois sur le thème : « 2017 : quels défis pour la santé mentale ? ». Organisé par l’Uniopss, en partenariat avec Santé Mentale France et l’ADESM, avec le soutien de Ville de Blois, de la DGCS et de la région Centre-Val-de-Loire, cette rencontre a été l’occasion de poser les contours d’un plaidoyer pour impulser une nouvelle politique de santé mentale. Un temps fort de débats et de co-construction à l’approche d’échéances électorales majeures.

Les nombreux experts et acteurs de terrain présents lors de cette rencontre sont revenus sur le repérage et la description des conditions à développer à tous les niveaux, national, régional, local, pour la mise en œuvre d’une véritable politique de santé mentale.

En ouverture, Philippe Guérard, président d’Advocacy France, est intervenu « au nom des usagers », se réjouissant que ces derniers puissent prendre la parole et soient placés au cœur du colloque. Il a précisé que le sujet de cette journée était vaste, et constituait l’opportunité de poursuivre un long combat de lutte contre la disqualification sociale.

Pierre Micheletti, président de la commission santé de l’Uniopss, a souligné, quant à lui, que ce colloque était une « occasion, au-delà de la problématique de santé mentale, de débattre de questions de société » : l’équité territoriale, la nécessaire convergence entre le médical et le social, les questions de fond sur le vieillissement de la population…
De son côté, Patrick Doutreligne, président de l’Uniopss, a indiqué que la santé mentale concernait toutes les fragilités et qu’elle aurait ainsi toute sa place dans le projet de société que va bâtir l’Uniopss à l’occasion de l’élection présidentielle.

Jacques Marescaux, président de Santé Mentale France, a rappelé que la santé mentale devait être « l’affaire de tous », tandis que Pascal Mariotti, président de l’ADESM, a insisté sur le fait qu’il fallait « partir des attentes et des besoins des personnes ».
Marc Gricourt, Maire de Blois, qui est intervenu en clôture de la matinée, a précisé que la santé mentale serait un « axe majeur du futur contrat local de santé ».

Trois tables rondes ont été l’occasion de débattre de plusieurs questions importantes : les conditions de réussite pour permettre aux avancées de la nouvelle Loi Santé d’aboutir, la question cruciale de l’ancrage et de l’équité territoriale, puis un focus sur les populations présentant des vulnérabilités particulières, avec les questions de l’accès et de la continuité des soins, du logement, du travail ou encore des addictions.

Des ateliers ont permis ensuite de poursuivre les débats sur ces trois thématiques, en vue de construire les contenus d’un plaidoyer politique croisant le point de vue des experts présents lors des tables rondes et les expériences de tous les participants.
Au-delà du diagnostic, des tendances partagées ont été dégagées et un certain nombre de leviers mis en avant, comme le décloisonnement entre les secteurs social, sanitaire et médico-social, par exemple par la mise en place de formations communes.

Le colloque s’est achevé par l’intervention de Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion.
Réaffirmant que la santé mentale est « à la fois un enjeu de santé publique et un projet de société », Mme Neuville a ajouté qu’il s’agissait d’une « problématique transversale particulièrement complexe », les troubles psychiques et psychiatriques bouleversant la vie d’un individu dans tous les domaines. Elle a rappelé par ailleurs la nécessité de développer une « offre de services diversifiée et basée sur l’ambulatoire et la proximité, à partir du domicile ou du lieu de résidence ».
Agir en faveur de la santé mentale, c’est également, pour la ministre, « changer le regard porté par la société (…) et reconnaître les compétences, les rôles sociaux des personnes concernées ».




THEME
Organisateurs : Uniopss
Coordonnées :

1 place du Château - 41000 Blois


Tarif Adhérents : 45
Tarif non-Adhérents : 75
FICHE N° 87307
Mis à jour le : 17/11/2016
INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES (fichiers joints, sites internet...)
Tous Publics :
MOTS CLES
santé des populations - santé publique
imprimer