Unir les Associations pour développer les solidarités en Réunion-Mayotte
Identifiant :
Mot de passe :
Accueil > Detail d'un contenu
L’Uniopss rencontre les candidats à la présidentielle
Prise de position du 19/04/2012
Auteur du document : Uniopss
Portée géographique : France entière

Plusieurs candidats à la Présidence de la République ont souhaité rencontrer des représentants de l’Uniopss à la suite de la publication de la plateforme de l’Union fin février. Valérie Rosso-Debord, porte-parole de Nicolas Sarkozy et conseillère sociale de l’UMP, a reçu le 4 avril dernier Dominique Balmary président de l’Uniopss et Nicolas Clément, directeur général de l’Union.

D’une manière générale Mme Rosso-Debord a affirmé la volonté du candidat qu’elle représente de maintenir « les principes et le niveau de la protection sociale ». La nécessité de préparer et de protéger l’avenir de nos enfants est apparu comme un sujet central. Plusieurs thèmes ont été plus particulièrement évoqués par la porte-parole notamment : le développement de l’accueil dans le cadre de la petite enfance, la finalisation dès 2013 de la réforme de la dépendance, l’adoption d’un deuxième plan de cohésion sociale en direction des quartiers sensibles.

M. Balmary et M. Clément ont également rencontré le 10 avril, Jean-Marie Vanlerenberghe, le conseiller social de François Bayrou. Selon M. Vanlerenberghe, le candidat du Modem a fait du rétablissement des équilibres financiers, une priorité. Les grandes réformes sociales devront attendre ce rétablissement. Il a souligné la nécessité de développer la prévention dans les politiques sociales. Il a également insisté sur l’importance de la politique de la petite enfance et l’urgence d’instaurer une organisation territoriale plus cohérente. En matière de logement le candidat du Modem prévoit de porter à 25 % l’obligation de la loi SRU, tout en augmentant les amendes initialement prévues par ce texte.

Enfin, Marisol Touraine, chef du Pôle social de François Hollande a reçu le 17 avril, les représentants de l’Uniopss. Elle a confirmé que M. Hollande souhaitait une réforme fiscale importante et la suppression des niches, dont certaines pourraient être recyclées en direction de la protection sociale. Le candidat socialiste s’engage sur une « modernisation » nécessaire des politiques sociales ce qui suppose une forte impulsion nationale. M. Hollande convient que la lutte contre la pauvreté est indispensable mais qu’elle doit s’intégrer dans des politiques plus globales profitant à l’ensemble de la population. Il s’engage d’autre part à créer un service public de la petite enfance, à soutenir les familles monoparentales et, sur le plan de la santé, à optimiser l’action des agences régionales de santé.


(c) Réseau Uniopss-Uriopss, 19/04/2012
FICHE N°66050
Mis à jour le : 19/04/2012
INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES (fichiers joints, sites internet...)
Tous Publics :
MOTS CLES
sciences politiques - campagne électorale - politique nationale - lobbying - politique sociale
imprimer